Réseautage = prise d'otage ?

J'ai déjà eu l'occasion, sous d'autres cieux, d'expliquer la méfiance et la défiance que j'ai à l'égard des sites de "réseaux sociaux". Autant je trouve l'initiative de ces sites tout à fait louable et même bien plus, tant leur apport est important et remodèle le visage du web à l'heure actuelle, autant je regrette amèrement le pacte implicite que ces sites nous forcent à nouer : nous permettre de tisser efficacement des relations avec notre entourage moyennant en échange l'accès à nos données personnelles. Données personnelles (nom, âge, école fréquentée, etc.) qui n'ont, intrinsèquement et par principe, pas à se retrouver aux mains d'entreprises privées.

C'est pour cette raison précise, quasi idéologique, que j'ai toujours refusé de mettre les pieds sur les sites comme Copains d'avant, Facebook et consorts. C'est pour cette raison précise également que je refuse les cartes de réduction "offertes" par les super/hyper marchés : quand on voit que les réductions peuvent atteindre des montants qui se chiffrent en dizaines d'euros pour un utilisateur lambda c'est bien le signe que les données récoltées rapportent bien plus (les chaines de distributeurs ne sont pas des misanthropes). Offrir quelques dizaines d'euros par an à un client en échange de précieuses données qui permettent de le profiler, de tout connaitre de ses habitudes d'achat, de disposer de ses coordonnées, c'est finalement peu cher payé pour une intrusion manifeste dans la vie privée des gens. Mais tout cela, bien peu s'en soucient ... sauf dans des cas comme celui des changements de conditions générales d'utilisation du site Facebook. Ce site a atteint une telle masse d'utilisateurs qu'il y en a toujours quelques uns dans le lot (sur 150 millions d'utilisateurs, c'est pas difficile !) pour aller fouiner et se renseigner de façon attentive et remonter au plus grand nombre les éléments qui peuvent être inquiétants.

Ces sites me posent un premier cas de conscience : est-ce que j'accepte de donner à une entreprise privée des informations sur ma vie privée, mon existence et ce qui a pu m'arriver dans ma vie ?

Ces sites de réseautage me posent un deuxième cas de conscience : quand ils atteignent un certain nombre de membres, ils acquièrent une taille critique qui fait qu'un très grand nombre de personnes dans mon entourage y est inscrit. Quand des amis ne communiquent plus par les moyens traditionnels (mail, msn, etc.) mais uniquement par le biais de ces sites de réseautage, on se retrouve face à un problème : même si l'on ne souhaite pas s'inscrire, peut-on éternellement pour des raison idéologiques ou autres, s'exclure, s'isoler ?

L'isolement fut pendant très longtemps l'attitude que j'ai adopté vis à vis de ces sites. Plutôt que de céder à leurs sirènes j'ai préféré faire l'autruche. Sauf que doucement je suis en train de changer d'avis. Il faut dire que Johan m'a proposé une solution toute simple la dernière fois que nous nous sommes vus : si je ne souhaite pas donner d'informations personnelles sur Facebook (pour ne pas le nommer), je peux tout à fait le faire : lors de l'inscription je donne le minimum d'informations pour mener à bien le processus et je me contente de cela.

Je trouve l'idée plutôt sympathique et compatible avec une autre solution que j'avais élaboré jusqu'à présent : publier toutes les informations personnelles me concernant sur mon site web, me permettant ainsi de contrôler parfaitement quelles infos je souhaite communiquer et par quel moyen.

A l'heure actuelle, les sites de réseautage deviennent des incontournables du web et pour cause : ils constituent une ré-appropriation sociale des technologies introduites grâce à Internet. En somme, c'est une façon intelligente d'utiliser Internet pour entretenir notre dimension sociale (les hommes sont faits pour vivre en société, souvenons nous !). Et ceci est d'autant plus pratique qu'à mon âge on est souvent plus occupé à fonder une famille (puis s'en occuper) que de passer du temps avec ses amis.

A mon sens désormais la question n'est plus tant de choisir de s'inscrire ou de ne pas s'inscrire sur un site de réseautage que de savoir où fixer la limite dans les informations que l'on souhaite, que l'on accepte communiquer à ces sites.

Allez, assez de parlote, il est l'heure de tenter l'expérience !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://carnetdenotes.edern-appere.net/index.php?trackback/27

Haut de page